Jeu et performance

Le jeu est essentiel pour l'optimisation des performances sportives et intellectuelles du cheval.

Pourquoi ? Le jeu fait partie des activités journalières du cheval, comme chez de nombreuses espèces animales. Les adultes jouent beaucoup moins souvent que les poulains, et d'une manière moins visible car moins expressive, mais l'expression de comportements de bien-être est tout aussi important. Cette activité permet d'affirmer et de renforcer les relations d'affinité avec les congénères et les relations de partenariat avec l'Humain. En outre, le trop plein d'énergie et d'agressivité est extériorisé par une suite de comportements expressifs. Vous-même prendrez un réel plaisir à voir le cheval s'amuser avec vous si vous connaissez et reconnaissez son comportement.

ATTENTION : chez les chevaux adultes, le jeu est souvent lié à une expression de mal-être. C'est-à-dire qu'un cheval enfermé au box, isolé socialement de ses congénères, vit un véritable stress physique et social. Dans ce cas, l'observation de "coups de cul", galopades et autres ne sont pas synonymes de jeu mais de mal-être. Le cheval se défoule et extériorise sa tension nerveuse.

Comme le disait Lorenz (1989), la ritualisation de comportements mêlée au conflit de motivation permet de voir de nouvelles chaînes comportementales. Le conflit entre jouer et attaquer, chez le cheval, met à jour des mouvements de tête qui peuvent paraître ambivalents au novice, lequel prend peur et là commence le cercle vicieux de 'qui est le plus fort'... Il existe plusieurs comportements ou chaînes de comportements types qu'il faut savoir reconnaître chez le cheval. Sans être exhaustive, voici quelques uns des jeux équins :

Le jeu d'attaque dérive des oreilles couchées en arrière alors que la tête est secouée vers le haut et sur le côté (photo ci-contre).

 

 

 

 

Un autre comportement de jeu est la course. Le cheval charge, dépasse, continue de galoper et s'arrête. Ensuite il peut tourner la tête et pointer les oreilles vers vous dans une posture de vigilance afin de s'informer sur l'action à venir voire d'attendre le cavalier (comportement de recrutement).

 

 

 

 

Il faut savoir que chaque cheval a son propre tempérament et donc ses comportements bien à lui. Le jeu n'est pas sans risque en ce sens que l'animal pèse beaucoup plus lourd que l'être humain. A chacun donc de poser une limite de temps, de distance,... Le jeu peut également dégénérer, c'est-à-dire que le conflit de motivation entre jouer et attaquer peut basculer vers le comportement attaquer, ce qui est tout à fait normal et fréquent entre chevaux. Dans ce cas, il faut savoir réagir, mais pas de n'importe quelle manière et malheureusement, on observer souvent les cavaliers utiliser la manière forte (chambrière, cravache, coups...), alors que de simples astuces permettent d'éviter ces situations conflictuelles...

Par ailleurs, penser qu'un cheval "joue" en faisant la jambette, la révérance ou en se couchant est tout à fait anthropomorphique ! Vous vous amusez à apprendre des tours à votre cheval mais lui, il est 100% au travail. Chaque comportement a une signification bien particulière : s'il se couche, c'est pour se reposer ou se rouler, se détendre. Il répond à son besoin immédiat, ce qui est à l'opposé de ce qu'on lui demande dans le cadre d'un exercice puisque même s'il n'en a pas besoin, il doit le faire. Il n'a donc pas le choix. C'est très joli de voir un cheval réaliser des tours dans la décontraction physique et psychique. Aussi, sachons ne pas être hypocrite et assumer le fait que le cheval, malgré tout l'amour que nous lui portons, doit obéir et nous respecter. De notre côté, nous lui devons un respect égal, qui doit transparaître à travers nos actions et nos demandes.

galop-exterieur-tour-de-cou-5-03-13-c-3.jpgloukoum-reverence.jpg

Copyright © 2009